english version english version

DESCRIPTIF DES CARTES

Les ducs d'Orléans, Sires de Coucy

m.a.j. le 25/05/2017

Enguerran VII, dernier sire de Coucy, étant mort sans héritier mâle, c'est à ses filles que va son héritage, composé des seigneuries de Coucy, MarIe, La Fère, Origny, le comté de Soissons, Ham, Pinon, Montcornet, le vinage de Laon, un hôtel à Paris... plus une rente de 1.800 livres sur le trésor du roi. De son premier mariage, avec Ysabeau d'Angleterre, il avait deux filles: Marie, épouse du duc de Bar, mort en 1398 à Trévise, de retour de Bithynie, qui avait confié la garde de sa femme et de ses enfants à Louis d'Orléans, et Philippa, mariée à Robert de Vere, qui avait hérité des possessions anglaises et écossaises de son père. De son second mariage, était née Ysabeau. Profitant de sa position vis-à-vis de Marie, le duc d'Orléans met tout en oeuvre pour recueillir l'héritage de celle-ci. Et le 15 novembre 1400, n'y pouvant plus tenir, Marie vend les propriétés de Coucy, MarIe et la Fère, pour 400.000 livres à ce dernier. Elle s'éteint en 1405 n'ayant touché que 90.000 livres.

Afin d'éviter toute poursuite de la part d'Ysabeau, soeur cadette de Marie, le duc d'Orléans obtient de Charles VI, son frère, que ces biens soient érigés pour lui en pairie. Les lettres patentes lui sont délivrées le 21 décembre 14OO, elles comprennent Coucy, Folembray, St Aubin, la Fère, St Lambert des Eaux, Acy et Gercy, ainsi que leurs dépendances. Ysabeau intente une action contre Louis d'Orléans et Marie, mais la justice fait traîner les procédures.

En 1402, louis d'Orléans se retire à Coucy, du fait de la faveur dont jouissait auprès du roi le duc de Bourgogne, son ennemi, ce qui lui valait d'être écarté pour un temps du pouvoir. Mais ce dernier meurt en 1404, un rapprochement a alors lieu entre les deux factions qui se partagent le pouvoir: Louis d'Or­léans reçoit l'administration du midi de la France, Jean de Bourgogne, le nord. A la suite de quoi, un mariage est conclu entre Charles, comte d'Angoulême, fils de Louis d'Orléans, avec Isabelle de France, veuve du roi d'Angleterre. Mais le 23 novembre 1407 l'assassinat de Louis d'Orléans par les Bourguignons met fin à cette entente.

D'autre part, le 11 août 1408, le Parlement rendit son arrêt, concernant l'héritage d'Enguerran VII, en obligeant le duc d'Orléans à payer 200.000 livres à Ysabeau en compensation de la seigneurie de Coucy qui lui revenait désormais entièrement.

Puis, en 1409, le duc de Bourgogne demande pardon au roi pour son crime et fait ensuite épouser à son fils Jean, comte de Nevers, Ysabeau de Coucy. Ce mariage auquel assiste Charles d'Orléans est suivi en 1410 du sien avec la fille du comte d'Armagnac (Isabelle de France étant décédée peu avant) et d'une alliance qui place le parti des Armagnac à côté des Bourguignons.

Dès l'année suivante débute une guerre entre Bourguignons et Armagnacs. Charles d'Orléans met les villes qu'il possède en Picardie en état de défense. Le duc de Bourgogne envoie alors Valeran de Luxembourg, comte de St Pol, à la tête de 60.000 hommes mettre le siège devant Coucy. La ville commandée par Enguerran de fontaines se rend sans coup férir, aux cris de "Vive Bourgogne". Mais, le château, aux mains de Robert d’ Esnes, gouverneur de la place qui refuse de se rendre, lui résiste. La porte Maître Odon défendant la basse-cour, est minée sans succès ainsi Qu'une des tours d'angle qui s'effondre en partie sur les chevaliers assiégeants venus inspecter les travaux. Enfin, à bout de munitions, et ne recevant aucun secours, Robert d'Esnes capitule. Il reçoit 8.000 écus et la liberté de se retirer, lui et la garnison avec armes et bagages, pour Crèvecoeur ou Cateau-Cambrésis, places encore aux mains de Charles d'Orléans. Pour cet acte, le comte de St Pol est nommé connétable. Coucy reste aux mains des Bourguignons jusqu'en 1412, année où la paix est signée à Auxerre et Coucy rendu au duc d'Orléans.

Mais l'offensive reprend en 1413 à l'initiative du duc d'Orléans, mécontent du résultat du rassem­blement des états généraux, incapables de maîtriser la situation. Jean de Bourgogne est vaincu à Arras mais Charles d'Orléans ne profite pas longtemps de sa victoire car il est blessé à Azincourt (1415) et emmené en captivité en Angleterre, ce dont profite Jean de Bourgogne, qui continue le combat contre les vassaux d'Orléans.

En février 1419, les seigneurs de Maucourt, de Bournonville, d'Humeroeuille et autres partisans bourguignons étaient prisonniers à Coucy, sous la garde de Pierre de Xantrailles, quand avec la complicité de deux serviteurs et d'une femme de chambre, ils réussissent à se libérer en assassinant le gouverneur du château et la garnison puis à s'emparer du château - sans que la Hire qui commandait la ville puisse les en empêcher. Contraint de se retirer, car Jean, comte de Luxembourg arrive au secours des bourgui­gnons, il quitte la place mais y revient en 1420, accompagné de Pothon de Xantrailles, frère du précédent, et reprend Coucy. Par la suite, Jean dit "Sans Peur" est assassiné à Montereau.

Coucy est à nouveau repris, par les Anglais cette fois, sous le commandement du duc de Suffolk ils détiendront la place pendant 7 ans. Lorsque en 1440 Charles d'Orléans est enfin libéré, grâce à la solli­citation de Philippe le Bon, fils de Jean de Bourgogne, Jean de Luxembourg étant mort, l'officier qui commandait Coucy en son nom pour les Anglais, se retire de la place moyennant finance.

Pour remédier à la misère qui y sévissait, un grenier à sel y est créé en 1422. les années qui sui­vent intéressent peu Coucy, qui reste dans l'ombre de la scène politique: CharIes VII meurt en 1461, deux ans après naît Louis d'Orléans qui sera fiancé en 1465 à Jeanne de France, fille de Louis XI, alors que Charles d'Orléans s'était éteint le 4 janvier 1465. Puis, louis XI meurt à son tour le 30 août 1483, Anne de Beaujeu, sa fille prend alors la régence de Charles VIII - âgé de 13 ans -. Mais les princes mécon­tents de voir le pouvoir leur échapper se révoltent; à leur tête, Louis d'Orléans et le duc de Bretagne, avec pour allié l'archiduc Maximilien, roi des Romains, qui tente en vain d'envahir l'Artois à la tête de 12.000 hommes mais qui est repoussé par le maréchal d'Esguerdes commandant de l'armée royale. Ce dernier s'empare de Coucy après 8 jours de siège afin d'éviter que Louis d'Orléans puisse s'en servir contre l'autorité royale. La révolte est définitivement matée le 27 juillet 1488, jour de la bataille de St Aubin du Comte, au cours de laquelle Louis d'Orléans est fait prisonnier.

Il est remis en liberté en 1491, et après s'être réconcilié avec le roi, reçoit le gouvernement de la Normandie, rentre en possession de toutes ses terres et notamment de Coucy où il envoie son chambellan Georges de Sully comme gouverneur. C'est alors que Charles VIII meurt à Amboise en 1498 et que Louis d'Orléans est reconnu roi sous le nom de louis XII.